La petite histoire de l’agneau de Pauillac

BERGER-001

Pauillac est une petite ville du Médoc bien connue pour ses célèbres vignobles mais également son port d’où s’était embarque un certain Marquis de Lafayette pour les Amériques en 1777. Ce port, d’ailleurs, fait l’objet d’un projet de modernisation qui pourrait lui permettre d’accueillir d’ici quelques années de grands bateaux de croisière type paquebot afin de permettre à ses passagers d’aller visiter la ville de Bordeaux toute proche, chose actuellement impossible pour des raison techniques.

Mais revenons à nos moutons….

Chaque année, pour le Week-end de Pentecôte, s’y déroule une grande fête des Bergers à l’initiative de la confrérie de l’agneau de Pauillac pour perpétuer une tradition datant du 18° siècle. En effet, depuis cette époque et au début de l’automne, les troupeaux d’ovins des Pyrénées effectuaient une grande transhumance au départ des vallées d’Aspe, de Barèges, d’Ossau ou du Barétous en direction des Landes Girondines. Cette transhumance durait plusieurs semaines pour s’achever dans les vignes du Médoc ou les quadrupèdes étaient attendus avec impatience pour remplir un rôle essentiel : Celui du désherbage.

A cette époque-là, on ne connaissait pas le mot « pesticide » et il fallait bien se débrouiller avec les moyens du bord, moyens on ne peu plus écologiques car les ovins se régalaient de ces herbes tendres qui poussent au pied des ceps et allaient ensuite agneler dans des bergeries construites le long de l’estuaire.

Et ce sont vraisemblablement ces herbes qui donnaient un gout particulier à la viande d’agneau issu de ce terroir à la fois médocain et pyrénéen, dont la renommée gagna les meilleures tables de Paris.

Aujourd’hui encore, dans la mémoire collective des gens de Pauillac, l’image du grand Berger des Pyrénées, à l’accent rocailleux et chantant, est toujours présente. Vêtu de sa cape ou son gilet de peau lainée, avec sa peau tannée par des mois d’estives, il incarne une activité séculaire reliant la montagne à la mer.

Rendons hommage aux bénévoles de cette association qui perpétuent ces souvenirs d’une autre époque et qui font revivre à leur manière les objets de mémoire dont nous essayons de maintenir la fabrication et le savoir-faire.

L'Agneau de Pauillac, même s’il ne passe plus par nos Pyrénées, a reçu  la reconnaissance européenne "Indication Géographique Protégée" (IGP) pour la typicité de son élevage et sa réputation.

 

Poster un commentaire

error check_circle
error check_circle
error check_circle

 


 


Boutique propulsée par Wizishop

Je n'ai pas de compte,
je m'inscris

error check_circle
error check_circle remove_red_eye
error check_circle remove_red_eye

J'ai déjà un compte,